Altermédia 

Une série de 8 documentaires de 13 mn

Ce n’est pas qu’une question de légumes

2010
Réalisé par Laurence Mathieu Colas

Synopsis

Après 50 ans d’exode rural, le monde citadin et le monde rural se sont éloignés. Pascal Duval, maraicher depuis 30 ans, travaille depuis peu avec une AMAP du 19ème arrt. L’Association pour le maintien d’une agriculture paysanne assure au producteur une sécurité financière, et aux consommateurs, des légumes de meilleure qualité. Mais, pour les deux parties, il y a plus : la rencontre de deux mondes.

Caroline, infirmière à vies

2010
Réalisé par Béatrice LOYER

Synopsis

Service de Fécondation In Vitro, Hôpital Tenon. Caroline, infirmière dynamique, met sa tenue de combat… Ma propre expérience ainsi que d’autres témoignages m’ont permis de prendre conscience que la réussite d’une FIV est aussi celle d’une équipe : Derrière la situation médicale - la patiente et son traitement, se cachent des situations personnelles et culturelles très diverses.

Les Mondigas

2010
Réalisé par Nicole DJIAN

Synopsis

Annie va préparer des boulettes. Bien que sachant les faire, elle lit les carnets de recettes de sa mère. La confection de cette recette est le fil conducteur d’une parole interrogeant les origines, les exils, les traditions et les transmissions. Au plus près du geste, de la posture, de la matière, le film est comme un petit conte culinaire, où se rencontrent les petites histoires et la Grande Histoire.

Je ne vous dérange pas ?

2010
Réalisé par Elodie BROSSEAU

Synopsis

Le téléphone sonne. L’heure de ma pause déjeuner. C’est l’heure que j’ai proposée à la Cimade (association de solidarité active avec les migrants, les réfugiés et les demandeurs d'asile) pour me joindre pour des traductions bénévoles de migrants chinois. Je ne connais ni l’un, ni l’autre de mes interlocuteurs, je sais seulement qu’ils m’appellent depuis un Centre de Rétention Administrative. Le film dure le temps d’un appel téléphonique, le temps d’entrevoir une vie, le temps de soulever en moi nombre de tensions, de doutes, de révoltes.

Hawa

2010
Réalisé par Francesca CONTENTO

Synopsis

La condition de la femme à travers le regard de trois immigrées : Diop Aminata a fui son pays, le Mali, en septembre 1990, pour échapper à la pratique de l'excision. Chala Chafiq, iranienne, a fui son pays pour continuer à étudier et devenir un écrivain. Kha–Thi, de nationalité chinoise, a quitté son pays pour améliorer ses conditions de vie, elle est aujourd’hui mariée à un Français. Qu’ont elles gagné ? Perdu dans l’exil ? Que doivent-elles défendre ? Sont-elles plus libres ? Ou au contraire, se sont-elles créées de nouvelles prisons ?

Droit devant

2010
Réalisé par Eduardo SOSA SORIA

Synopsis

Katia, 17 ans, lycéenne, ne pense qu’à danser, ne fait que danser, ne vit que pour une chose : le Hip-hop. Elle a choisi le seul lycée en France qui propose l’option Hip-hop au bac et, avec son « crew » s’entraîne tous les jours, au Parc de la Villette, à la Gare de Lyon, dans des salles… Le film cherche à capter ce personnage électrique, la force de la danse, la force de ses rêves. C’est quoi « être passionné » quand on a 17 ans ?

Mamma-Mia

2010
Réalisé par Pauline RACINE

Synopsis

Emilie, Oumria et Sandra sont trois comédiennes, issues de milieux et de pays différents. Toutes trois évoquent le lien fort qui les lie à une femme, absente à l'écran, mais dont on devine la présence en arrière fond du film et des pensées : leur mère. Entre confidences et jeux de rôles, description et imitation, humour et mélancolie, la frontière entre le jeu de comédienne et la parole intime disparaît progressivement.

Toute une nuit

2010
Réalisé par Géraldine COMTE

Synopsis

Montreuil, une heure du matin. Alireza marche dans les rues désertes, ouvre une porte, donne de l’argent en échange d’un bout de papier à un grand africain, et entre. Ici on danse le tango jusqu’au bout de la nuit. Alireza se dit « le seul iranien qui danse le Tango ». Le bal est tenu par des camerounais. Alireza danse avec une cavalière japonaise, pendant qu’une russe danse avec un sénégalais. Le tango n’est-il pas né de la diversité ?